AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

    Partagez

    Jour de malchance • [Pv : Altaïr]

    avatar
    Isaac A. EdlweissArchitecte
    Messages : 44
    Date d'inscription : 01/07/2015
    Age : 20
    Localisation : Les cuisines

    par Isaac A. Edlweiss le Lun 10 Aoû - 0:02

    Isaac haïssait cette impression d'être traqué. Il avait l'impression que courir le plus rapidement possible et au hasard ne le sauverait pas. Peut-être était-ce vrai... ? Les édifices changeaient peu à peu, devenaient de plus en plus délabrés, abandonnés. Isaac n'avait aucune idée d'où il allait, il voulait... juste... fuir ces aboiements. Toujours plus nombreux, plus désespéré. Il n'osait regarder derrière lui. Ces chiens errants... Isaac n'osait s'arrêter. Si cela avait été une mort rapide, il se serait sûrement roulé au sol et attendu mais... Les morts lentes étaient celles qui le terrifiaient le plus : pendaison, suffocations, noyades, mise à mort... et cela aurait stupide d'avoir réussit tout cela pour finir dévorer par des chiens miteux infestés de maladies ! Il n'aurait jamais dû quitter Orbe... C'était tranquille là-bas... Injuste mais tranquille. Alors que là... là... Il ne comprenait pas comment les choses fonctionnaient, c'était archaïque, un bordel sans nom, et il devait survivre là-dedans ! La bonne blague !

    Isaac bute contre quelque chose mais ne s'arrête pas. Ni pour vérifier ce que c'était, ni pour savoir s'il s'était fait mal. Les gens étaient parfois plus cruels que les animaux et encore, il n'était pas descendu dans Vicky. Ses poumons étaient en feu et ses jambes lourdes, mais la terreur de se faire rattraper par ces chiens étaient milles fois plus grande que toute douleur physique. Il n'avait pas le courage de regarder derrière lui, de peur de voir les petits yeux vicieux du dogue qui semblait être le chef. C'était le premier qu'Isaac avait remarqué. Il pensait naïvement qu'il voulait un peu de nourriture alors il lui avait jeté un petit morceau de pain et puis le chien avait continué à le suivre. Encore et encore, les babines retroussés et grondement de colère. Et de fils en aiguilles, d'autres chiens l'avaient rejoints. D'autres l'avaient abandonnés. D'autres l'avaient suivis. Et maintenant cinq molosses affamés le coursait.

    Isaac aurait pu choisir n'importe quel bâtiment pour se cacher mais il était terrifié de choisir le mauvais et qu'ils arrivent à faire une brève et que lui, ne puisse rien faire, sauf attendre. Isaac aurait aussi pu les affronter, avec un bâton qu'il aurait ramassé, une pierre, n'importe quoi, mais... mais non, là encore la peur l'en empêchait. Et s'il se faisait mordre, et que ça s'infectait ? Ou qu'ils en profitent pour le manger... ? C'était des choses auxquelles, qui le paralyserait sur place s'il y pensait. Donc Isaac courrait là où il pouvait dans les quartiers délabrés de Urhl. Il dépassa une petite école, ça aurait pu être chouette comme spot, mais l'idée de tomber sur un type pas commode, prêt à le balancer aux chiens, ne lui inspirait pas du tout. Alors il continua de courir. Les points de côté, et la fatigue le torturant. Il pouvait le faire... Juste trouver le bon bâtiment...

    Le Gymnase ! Il voyait qu'une partie du toit était ouverte, personne n'irait s'installer ici. Puis il devait y avoir plein de sortir. Et il pourrait peut-être essayer de contacter Furi... Cette perspective d'espoir lui donne presque des ailes et Isaac y court comme une fusée. Espoir, espoir, espoir... Isaac s'y réfugia, ouvrant la porte en volée et la refermant dans le même geste. Qu'importe le bruit que ça faisait, ce serait pas dans un quartier pareil qu'on viendrait se plaindre ! Mais il eut à peine le temps de s'appuyer contre la lourde porte qu'un immense chien cendré apparut de nul part et se mit à gronder. Gronder et gronder. L'expression de soulagement laissa de nouveau place à la terreur. Il tendit les mains en signe d'apaisement en répétant en boucle se que l'essoufflement lui permettait.
    - Non, non, non, non, non, non, s'il te plait... gentil... gentil... s'il te plait, non, non !

    Le ton apeuré, terrifié et craintif du garçon résonna assez morbidement dans cet espace étrange propre. Mais le chien n'avait que faire de ses supplications et sauta en avant, crocs et griffes sortis, sur sa jambe. Un hurlement de terreur et de douleur déchire le concert d’aboiement. Isaac tombe sur le côté et de sa jambe libre, essaye de donner des coups de pied à l'animal. Il finit par lâcher et le jeune homme recula autant qu'il pu. Laissant au sol une traînée rougeâtre jusqu'au coin où il s'était recroquevillé, le yeux blanc de peur et de terreur. Il tremblait, terrifié, retenant son souffle en entendant soudainement des pas. Lourds. Non... Il allait sûrement être donné à manger à ce chien... Non, non, non... Ses yeux commencèrent à se remplir de larme, ça ne pouvait pas se finir ainsi !

    Architecte
    avatar
    Altaïr DakeyrasOublié
    Messages : 20
    Date d'inscription : 06/08/2015
    Age : 24
    Localisation : Ville souterraine de Urhl

    Options avancées
    Capacité: Combattant, réparateur.
    Métier: Réparateur et mercenaire freelance.
    Programme: Aucun

    par Altaïr Dakeyras le Lun 10 Aoû - 20:11

    J'arrosais les plants de menthe et en débarrassais des parasites, travail fastidieux, les feuilles de menthe son très fragile, chaque mouvement doit être très délicat, mais heureusement Rose m'aidait à accomplir cette besogne.
    Tout c passait bien aujourd'hui, cela faisait bien deux semaine que personne n'avait voulu "tenter" mon sens de l'hospitalité sans y être invité et Rose avait nombre de livre que j'avais réussis à dégoter à se mettre sous la dent si je puis dire et même cendre ne faisait plus de connerie dans mes plants d'épices.

    J'aurais voulu que cela dure encore une semaine ou deux, mais quand je vis Cendre filé à l'entrée comme une fusée, je compris que nous avions de la visite.
    Je trottinais derrière cendre en sortant mon arme de poing du holster caché au creux de mon dos et avança vers l'immense porte d'entrer que quelqu'un avait claqué assez fort pour réveiller un mort.
    Je retrouvais Cendre qui grognait face à un gamin blond qui avait été mordu à la jambe au vu de la trace de sang... Je pris place à côté de mon chien demi-loup et le regardais sous ma casquette, il me rendit le regard l'air de dire "bah quoi ?" Je reportais mon attention sur le gamin. Je pourrais difficilement le terrifier plus que ça, je crois bien. J'entends des chiens aboyer derrière la porte... Je comprends lieux pourquoi ce crétin s'est jeté dans ma maison.
    Rose a rejoinds la scène depuis un gradin en hauteur, elle nous observe, silencieuse et impassible avec ses grands yeux d'ambre.
    Je poussais un soupir à fendre l'âme et approchais du gamin avec lenteur, c'est idiot les gens terrifier... Je l'attrapais par le col et le traînais un peu plus loin de la porte contre un muret encore debout en ignorant les gesticulement faiblard du gosse. Je retournais à la porte avec Cendre et enlevais la barre qui la verrouillait et ouvrit en grand les portes de ferraille... Une meute de chiens était bien là, soudainement silencieux...
    Je regardais leurs meneurs dans les yeux sans ciller, Cendre se mit à gronder comme un orage d'été et la peur changea de camp.
    Cendre était deux fois plus gros et fort que le meneur et un homme qui regarde un chien sans peur, font peur au chien.
    Ils firent demi-tour en couinant la queue entre les jambes...

    Cendres jappais de joie et de fierté avant de bondir sur les gradins rejoindre Rose qui la câlinait. Moi, je retournais près du gamin après avoir verrouillé la porte à nouveau.
    Quand je fus face à lui, je me raclais la gorge et lui dis de ma voix grave en le fixant de mes yeux d'émeraude.

    "Bien, maintenant petit, qui tu es toi ? Ton nom, ton métier et ta ville d'origine... Et ne t'avise pas de me mentir, dans mon ancien travail ont m'a appris à reconnaître les menteurs..."
    Oublié
    avatar
    Isaac A. EdlweissArchitecte
    Messages : 44
    Date d'inscription : 01/07/2015
    Age : 20
    Localisation : Les cuisines

    par Isaac A. Edlweiss le Mar 11 Aoû - 0:20

    Isaac tremblait comme une feuille lorsqu'il vit l'homme. Il lui donnait l'impression de n'être sans pitié. Ça ne le changeait pas d'grand chose, mais quand même... Il blêmit un peu plus en voyant le flingue et tenta de se faire encore plus petit. Comme s'il ne l'avait pas vu. Bon c'était rêvé... Isaac était beaucoup trop essoufflé et terrifié pour qu'un seul mot s'échappe. Merde ! Il avait échappé à des chiens affamés et ce n'était pour se faire plomber la figure par un homme pas commode. Alors quand il le voit s'approcher, avec lenteur, il tente de reculer encore. Et encore. Mais quand on est déjà acculé contre un mur, on peut pas reculer plus. Tenter de se lever serait tellement ridicule et douloureux qu'il ne préférait même pas essayer. Il se contente de couiner de terreur quand l'homme le souleva comme un vulgaire sac. Oh non ! La langue du jeune se délia soudainement en se rendant compte qu'il le ramenait vers la porte.
    - Non, non, non, non, s'vous plais m'sieur, s'vous plais...

    Il tente ridiculement de s'accrocher à l'homme ou de le ralentir mais... face à une armoire à glace qu'est-ce qu'il pouvait bien faire ?! Son regard affolé ne cesse de faire des allées retours entre l'homme et la porte. La porte et l'homme. Il allait le donner en pâture aux clébards et il était incapable de faire la moindre chose ! Et l'idée de frapper un type de cette carrure après temps d'année de servilité ne lui effleurait même pas l'esprit. Il avait encore bien en tête une droite d'un Tank. Le jeune homme se tait soudainement en le voyant dépasser la porte. Ah ? Il n'allait donc pas le donner à manger au chien ! Mais... et alors, il le menait où ? Se tortillant, il se dévissa presque le cou pour voir ce qui se trouvait derrière. Un muret, un bout du terrain de sport, les gradins, une fille, le toit déchiqueté. Isaac couine une nouvelle fois de douleur lorsque son dos heurte assez violemment le muret. Euh... d'accord... L'homme fit demi-tour, direction la porte. Oh oh.

    Isaac se ratatina contre le muret, il n'allait quand même pas laisser les chiens entrer et le dévorer ! Non, non, non ! Il allait se faire déchiqueter ! Il était vraiment... cinglé... Un étrange silence plane alors que le type les regarde. Pourquoi faut-il qu'il ne tombe que sur des cinglés ces derniers temps ?! Des grondement s'élèvent et Isaac regarde la scène les yeux comme deux soucoupes. Mais... mais... mais non ! Ce n'était pas possible de faire ça ! Merde ! Si on lui avait dit qu'il suffisait de les regarder pour qu'ils se barrent, il l'aurait fait depuis bien longtemps au lieu de se taper cette course !

    Et puis l'homme se retourne vers lui. Isaac aurait très volontairement détaler comme les toutous mais il était juste pétrifié de terreur. S'il ne l'avait pas donné à manger aux chiens... S'il ne l'avait pas tabasser... Qu'est-ce qu'il allait donc se passer ?! Il se tasse contre le muret en le voyant revenir, tellement qu'il finit les fesses au sol sans s'en rendre compte. L'impression que l'homme était encore plus immense. Et terrifiant. Il se crispe en l'entendant se racler la gorge. ça sentait mauvais. La première chose qu'il pensa en l'entendant le questionner fut qu'il parlait comme un traqueur. Manquait plus que l'armure pour qu'il en soit un. Et... et si vraiment s'en était un. Isaac pouvait déjà dire adieu à sa "liberté". Mais il n'avait pas encore eut le temps de perdre ses réflexes d'Oublié et répondit rapidement en baissant les yeux.
    - Isaac Alex Edlweiss, cat... son regard tenta d'apercevoir les gradins, il marqua un temps de repos avant de revenir rapidement sur les pieds de l'homme. cuisto, cuisto, eeeet j'sais pas.

    Le nom des villes lui échappaient totalement là et dire qu'il venait d'Orbe était signer son arrêt de mort. Mais... dire son nom aussi ne l'était pas ? Il se souvenait vaguement avoir vu des tableaux avec le nom de personne à capturer ou à dénoncer. Oups... Bon, c'était peut-être pour cette raison qu'il ne l'avait pas donné à manger. Il allait p't'être le livrer au traqueur. Ou alors il était au courant. Il rentre la tête dans les épaules en tentant de s'écraser au sol.
    - Mai-mai-mais, bégaye-t-il de terreur, j'voulais pas vous voler ! J'fuyais ces chiens ! Et je suis rentré et vot'e chien m'a mordu. Promis m'sieur !

    Isaac tendait ses mains ensanglantées pour se protéger d'un éventuel coup de pied alors que les tremblements ne le quittait pas. Il tenta de bouger sa jambe et aussitôt la douleur l'élança. Merde... S'il le laissait filer, ces clébards le rattraperaient dès qu'il le verrait...
    Architecte
    avatar
    Altaïr DakeyrasOublié
    Messages : 20
    Date d'inscription : 06/08/2015
    Age : 24
    Localisation : Ville souterraine de Urhl

    Options avancées
    Capacité: Combattant, réparateur.
    Métier: Réparateur et mercenaire freelance.
    Programme: Aucun

    par Altaïr Dakeyras le Mar 11 Aoû - 21:16

    J'ai l'impression que ce petit me ment ou qu'il omet volontairement certains renseignements et je n'aime, mais alors pas du tout cela.
    J'enlevais ma casquette et fixé dans les yeux le gosse, si c'était un espion des traqueurs ou des idiots de transgresseurs, il va vite parler...
    Je regardais sa jambe blessée et lui souriais comme si j'étais amusé. Je pense que je vais devoir lui jouer le coup du méchant monsieur. Rose arrivait derrière moi en croisant les bras sur sa poitrine et elle fixait de son regard ambre le jeune homme avant de me regarder en levant un sourcil interrogateur.
    Je pris une voix calme et presque compatissante en parlant au petit gars.

    "Ah... Tu sais, tu es un bien mauvais menteur. Tu es cuistot hein ? Et tu ne sais même pas d'où tu viens ? Je pense que tu crois pouvoir me berner en faisant l'idiot et je déteste cela."
    Je posais le canon de mon arme sur son pied avec nonchalance en m'agenouillant face à lui alors que Cendre avait sauté sur le muret et le regardais en haletant.

    "Je vois dans tes yeux la terreur que je t'inspire, tout comme Cendre, mon demi-loup la sent émaner de chaque pore de ta peau et ma fille, elle détecte encore mieux que moi les menteurs. Alors on va faire les choses ainsi, tu vois : si tu es honnête avec moi, je serais un hôte digne de ce nom et je te soignerais la jambe, t'offrirais le gîte et le couvert pour une nuit et je te ramènerai même à Urhl moi-même... Néanmoins si tu continues de me mentir, je vais extraire la vérité de ta petite tête de con, mots après mots, des manières les plus atroces, désagréable et douloureuses que je peux imaginer et j'ai énormément d'imagination..." Je lui expliquais d'une voix sombre en tapotant sa chaussure du canon de mon arme en cachant mon sourire derrière la manche de mon pull de laine crème.
    Je ne torturais pas ce stupide marmot, mais je pouvais être bon acteur quand je voulais, Rose, elle eut une excellente question à soumettre à notre invité.

    "Dans quel restaurant travailles-tu ? Qui est le chef ? Et si vraiment, tu es un cuisinier... Comment trouve-t-on les truffes ?" Demandait-elle avec une voix calme et monotone.
    Oublié
    avatar
    Isaac A. EdlweissArchitecte
    Messages : 44
    Date d'inscription : 01/07/2015
    Age : 20
    Localisation : Les cuisines

    par Isaac A. Edlweiss le Mer 12 Aoû - 0:54

    Finalement, Isaac aurait préféré être rendu au chien. Ce mec était totalement flippant. Il aurait voulu se liquéfier au sol, mais ça ne faisait toujours pas parti de ses compétences et il se contenta de se ratatiner sur lui même. La mâchoire serrée au possible. Les yeux verts de l'homme ne le quittait pas et le mettait encore plus mal-à-l'aise. Bordel de merde, il voulait se casser au plus vite de cet endroit. Isaac se mit à paniquer intérieurement en suivant le regard de l'homme, sa jambe, puis en voyant son sourire. ça ne lui disait absolument rien qui vaille. Il se mit à tâtonner discrètement d'une main le muret. Cherchant désespérément une prise. Son regard croisa celui de la fille et il le détourna presque immédiatement. Elle semblait beaucoup trop jeune pour... Ou alors ce type était aussi pervers que son protecteur. Il les aimait jeune. M'ouais. L'Oublié ne connaissait trop bien cette excuse et savait qu'en fait c'était pour avoir plus de contrôle sur la personne. Il sursauta en entendant le ton. Merde. Merde. Bien sûr qu'il n'était pas un bon menteur ! Se prendre dix coup de fouet pour un mensonge, même le plus petit, l'avait largement rebuté à retenter l'exploit. Isaac ouvrit la bouche pour protester mais aucun son ne sorti. Faire l'idiot ! Haha ! C'était la meilleur, il était à deux doigts de se pisser d'ssus et il allait mentir à un type qui pouvait lui planter une balle dans l'crâne ! Très bonne idée ! Oh merde.

    Isaac ramena brusquement ses jambes contre lui en voyant l'homme s'agenouiller. Il le sentait mal. Très très mal. Ses yeux devinrent comme des soucoupes à sa première phrase. Mais c'était quoi cette famille de taré ?! Merde ! De toute les maisons qu'il aurait pu tomber, il avait fallu que ce soit les inspecteurs ! Il aurait presque pu rire d'hystérie s'il n'avait pas été autant terrifié par le mouvement du canon sur sa chaussure. Il avait comprit, y avait pas besoin de lui agiter ça sous l'nez ! L'incompréhension traversa son regard en l'entendant lui proposer de se reposer, de le soigner et tout. Qu'est-ce qui se passait d'un coup ?! C'était quoi cette gentillesse étrange ?! La réponse ne tarda pas à venir. Mais ! Il ne lui mentait pas ! Pourquoi ce type ne pouvait pas comprendre ça ?! Et c'était quoi toutes ces menaces ?! Là, il aurait vraiment voulu se liquéfier et fuir, fuir, fuir très loin de ce type, de son chien et de sa "fille". Il tentait d'articuler des choses mais vraiment aucun son ne voulait sortir et il se retrouvait stupidement à faire le poisson rouge devant un type flippant. Il ne comprends même pas comment il fait encore pour avoir de l'air, l'impression d'être en apnée depuis qu'il avait été traîné contre ce mur, lui collant à la peau.

    La gamine prit la parole. Et il la regarda comme si elle venait de dire une connerie. Des... truffes ? Comment elle connaissait ça ?! Produit d'riche, ce n'est pas dans une ville sous-terrain qu'il allait dénicher ça ! Puis en quoi ça avait avoir avec le métier de cuisto ? Une inspiration soudaine lui permit de répondre d'une voix rapide et paniqué sans qu'il ne quitte le flingue des yeux.
    - C't'un complexe de restauration ç'avait pas d'nom ! L'chef viré pour d'la cont'ebande j'crois...

    Plus d'air. Isaac expire en tentant de se reculer, ou du moins de ne plus être aussi proche de l'homme. Un grognement le fait lever la tête et il stop net sa stupide tentative de fuite. Ok, ok, gentil toutou... gentil toutou... Là, il hésite entre avoir plus peur du flingue ou du chien. Il a jamais testé la douleur de se recevoir une balle et... franchement il n'en avait aucune envie ! Mais redécouvrir celle de se faire mordre par cette bestiole ne le tentait pas pour autant.
    - Les truffes c'qu'avec les chiens qu'on l'trouve, dans la forêt, 'fin d'été jusqu'au première glace. Tu peux pas savoir ça normalement.

    Merde. Isaac baisse soudainement les yeux en se rendant compte qu'il avait dit ça. Il allait s'en prendre une pour avoir balancé le fond de sa pensée et clamait presque haut et fort qu'ils étaient tous les deux des braconniers. Ces gens étaient flippants. Il ne savait pas pourquoi mais la fille avait l'air aussi sympa que l'homme. ça promettait ! Il tenta de se rattraper.
    - J'vous mens vraiment pas m'sieur ! J'arrive pas à m'rappeler du nom des villes. Ça m'échappe, vous faite flipper !

    Entre l'flingue, l'homme, le chien et la fille, Isaac ne savait plus sur quoi focaliser son attention. Pour se préparer à se prendre un coup ou n'importe quoi d'autre. Il finit par opter pour l'homme alors qu'il rentre la tête dans les épaules.
    - J'ai jamais pensé vous voler, j'pensais même pas qu'y aurait des gens ici ! J'vous l'ai d'jà dis sans mentir, j'fuyais ces chiens c'est tout ! J'vais pas vous mentir alors qu'vous braquez un flingue dessus et qu'y un chien ! D'ailleurs...

    Isaac regarda l'animal haletant et grognant puis l'homme.
    -... vous pouvez pas l'éloigner un peu, s'vous plais... ?
    Architecte
    avatar
    Altaïr DakeyrasOublié
    Messages : 20
    Date d'inscription : 06/08/2015
    Age : 24
    Localisation : Ville souterraine de Urhl

    Options avancées
    Capacité: Combattant, réparateur.
    Métier: Réparateur et mercenaire freelance.
    Programme: Aucun

    par Altaïr Dakeyras le Sam 15 Aoû - 18:42

    Je regardais ma fille aux yeux d'ambres en désignant d'un très léger signe de tête le garçon en état de terreur extrême. Elle fixait le jeune homme quelques secondes puis haussait les épaules en disant avec une voix monotone.

    "Il est trop trouillard pour être un espion... Je propose de le laisser partir, il n'est pas une menace... Puis ce serait compliqué de se débarrasser de son corps si jamais on vient à le chercher."

    Elle repartit dans le bosquet d'arbres et de plantes que nous avions fait grandir dans le centre du gymnase d'un pas calme en tournant le dos sans plus un regard vers le garçon.
    Je poussais un long soupir et remis ma casquette en gloussant en me redressant, je fis un signe de tête à Cendre qui partit rejoindre Rose en jappant.

    "Je vais bander et désinfecter ta blessure, ensuite, tu pars, si tu dis à qui que ce soit que je vis ici, je te retrouve pour te faire taire. Tu me comprends gamin ?" Je lui dis allant chercher une trousse de premier soin qui traînait toujours près du bosquet, je l'amenais près du gamin et en sortis un peu d'alcool et un bandage et des compresses.

    Je rangeais mon arme et relevais le pantalon au niveau de la blessure et appliquais l'alcool sur la blessure après avoir nettoyé avec un peu d'eau, j'enroulais avec un bandage une compresse sur sa jambe blessée.

    "Voilà petit, tu peux te relever ?" Je lui demandais blasé en mettant mes mains dans mes poches de veste.
    Oublié
    avatar
    Isaac A. EdlweissArchitecte
    Messages : 44
    Date d'inscription : 01/07/2015
    Age : 20
    Localisation : Les cuisines

    par Isaac A. Edlweiss le Lun 17 Aoû - 19:58

    L'échange de regard entre l'homme et sa gamine n'échappa pas à Isaac. Les scénarios se créèrent dans sa tête et il du serrer les dents pour ne pas paniquer de nouveau. Trou... Trouillard ? Isaac faillit s'étouffer en entendant ça. Il aimerait bien la voir à sa place ! Un espion... pourquoi il en serait un ? Non, la vrai question était pourquoi ces gens auraient peur d'un espion. Ils étaient peut-être recherchés... Au fond, Isaac s'en foutait royalement de ce qui se passait pour eux, il voulait juste rentrer au QG. Quelle idée d'aller explorer seul Urhl. Le garçon blêmit brusquement. Se... Se débarrasser de son corps ? C'était quoi cette gamine pour parler aussi froidement de meurtre ! Peut-être une androïde ? Fallait avouer que la couleur de ses cheveux et de ses yeux n'étaient pas normal... Non... Si ça en avait été une, elle aurait un numéro de série visible. Il la regarda s'éloigner vers un coin de nature en plein milieu du gymnase. En y regardant un peu plus, ça avait l'air d'être un petit coin tranquille. Assez loin pour ne pas attirer l'attention et assez délabré pour que personne ne s'y intéresse. Sauf les désespérés comme Isaac. Le garçon se crispa brusquement en voyant l'homme se relever.

    Et maintenant ?

    Isaac l'écouta, les yeux et les oreilles grandes ouvertes. L'homme le fait vraiment flipper à être sympa puis à reprendre un discourt psychopathe en quelque seconde. Il savait qu'il fallait se méfier de ces gens. Surtout s'ils buvaient. Il hocha vivement la tête. Il n'allait le dire à personne, mais il prendrait grand soin à éviter ce coin dorénavant. L'homme parti dans la même direction que la gamine et Isaac en profita pour soupire rapidement. Son coeur continuait de faire des bonds douloureux et l'adrénaline retombait doucement. Il était complètement épuisé. Il baissa sa tête sur ses genoux en se repassant tout son chemin. Ce serait un peu compliqué mais... mais il pouvait y arriver. Il se laissa faire lorsque l'homme revient avec la trousse de soin. La blessure au mollet n'était pas très belle à voir... En même temps avec un chien pareil, il ne fallait pas s'attendre à un simple mordillement. Il serre les dents quand l'alcool et versé sur la plaie mais ne couine ni ne gémit. Il faut dire qu'il s'était prit des beignes pour avoir pleurer quand son protecteur le soignait...
    - Merci, murmure-t-il une fois fini.

    Isaac ne sait pas trop s'il doit vraiment en être reconnaissant. Après tout, il avait bien essayait de lui plomber la jambe quelques minutes plus tôt. Il soupire doucement pour soulager la douleur. Quelle horreur. Il s'aide de la mini-prise qu'il avait trouvé tout à l'heure pour se relever et grimace. Ça fait sacrément mal. Il tente de faire un pas. Des décharges de douleurs le font grimacer et il reporte de nouveau tout son poids sur son autre jambe.
    - Pas vraiment, lui répondit-il sans oser le regarder.

    Isaac fais un pas en gardant la main sur le muret et se ravise presque immédiatement. C'est une véritable torture. Il se balance légèrement d'avant en arrière pour tester. Aussi. Comment il allait faire pour rentrer...
    - Pardon d'être entré chez vous, m'sieur.
    Architecte
    avatar
    Altaïr DakeyrasOublié
    Messages : 20
    Date d'inscription : 06/08/2015
    Age : 24
    Localisation : Ville souterraine de Urhl

    Options avancées
    Capacité: Combattant, réparateur.
    Métier: Réparateur et mercenaire freelance.
    Programme: Aucun

    par Altaïr Dakeyras le Sam 22 Aoû - 21:01

    Je poussais un long en regardant les efforts maladroits du jeune homme avant de baisser la tête en souriant quand il s'excusait d'être entré ici. Je ne répondais pas, mais sifflais Cendre et le chien demi-loup arriva en s'asseyant sur ses pattes arrière puis regardait le jeune homme en penchant la tête, une fois le jeune garçon sous surveillance, je me rendis à pas posé à l'infirmerie du gymnase, c'était la première salle que j'avais dû remettre en état en arrivant après nous être réellement installé. C'était une petite salle sous les tribunes nord avec des portes de métal rouillé grinçante et à l'intérieur, un amas de caisses contenant du matériel médical en tous genre glané ici et là et parmi ce fatras une béquille un peu ancienne en aluminium.

    J'amenais la béquille au garçon et lui mis dans les mains en revenant, le pauvre gamin avait peur de Cendre qui tournait sur lui-même avant de s'arrêter d'un coup en agitant la queue et la langue pendante et de recommencer encore.
    Je caressais la tête du gros chien avant de dire au nouveau venu.

    "N'aie pas peur, il veut juste jouer... Il n'est pas sanguinaire, sauf quand ont entre sans autorisation dans sa maison, alors détends-toi." Je lui disais en tapotant son épaule avec une voix amicale.

    J'allais lui proposer de commencer la route pour rentrer chez lui quand j'entendais des moteurs de grosses voitures en approche... Je courus à la porte et regardais par le juda, au loin, je voyais deux véhicules de type 4x4 blindé noir en approche de ma maison.
    Je me tournais vers le bosquet et sifflais sur trois modulations pour ordonner à Rose et Cendre de se cacher immédiatement.
    Je me tournais vers le garçon blond en soupirant avant de remettre ma casquette et de marcher vers la porte en faisant signe au blondinet de me suivre.

    "Écoute moi gamin, des membres de la police d'URHL sont en approche, tu ne parles pas, le moins possible, je suis ton oncle et tu t'appelle Hans et ta mère, c'était une gamine de 17 ans du nom d'Amandine morte en te donnant la vie et je t'ai toujours élevé ok?... Pas de blague, tu es loin de chez-toi et s'ils décident d'avoir envie de trop gratter sur nous, on est dans la merde tout les deux." Je lui expliquais calmement en ouvrant lentement la porte pour voir cinq officier de police et un traqueur en armure approcher...

    Mon cœur s'emballais dans la seconde et je dus faire un effort surhumain pour paraitre naturel et ne pas éveiller de soupçon, néanmoins mes mains étaient tendus et une perle de sueur me passa sur le front...
    Oublié
    avatar
    Isaac A. EdlweissArchitecte
    Messages : 44
    Date d'inscription : 01/07/2015
    Age : 20
    Localisation : Les cuisines

    par Isaac A. Edlweiss le Dim 23 Aoû - 16:18

    Isaac se sentait mal-à-l'aise avec l'homme qui le fixait. Il n'arrivait pas à oublier qu'il pouvait lui plomber la cervelle à n'importe quel moment. Le sifflement lui fit brusquement relever la tête et voyant le chien revenir, il s'empressa de sautiller jusqu'au muret où il se hissa et s'assit tentant vainement de se mettre hors de portée de l'animal. Mais ! Mais non, il lui avait dit qu'il serait sympa et... et voilà qu'il ramenait la bestiole. Et qu'il se barrait ! Isaac eut presque envie de tendre la main pour l'attraper et lui demander de rester mais le chien se trouvait entre eux et... juste non.
    - Euuuuh, gémit-il tout seul perché sur le mur puis baissant le regard sur le chien, gentil... gentil...

    Le canidé avait quand même... un petit air stupide. A tourner comme ça autour de sa queue. Mais ça n'attendrissait absolument pas le blondinet. Au contraire ça ne faisait que le faire paniquer un peu plus. Rapidement être accroupi devient insupportable et il du s'asseoir : laissant ainsi ses jambes pendantes et à porté de mâchoire. Se tordant les doigts de panique, il ne le quittait pas des yeux.
    - C'est ça... gentil... continua-t-il de marmonner à demi-voix comme si ça le calmait vraiment. Tout doux...

    L'homme revient soudainement en lui mettant un étrange bâton entre les mains. Euh... Qu'est-ce que c'était ? Il le remercia même si l'intérêt de l'objet lui échappait complètement. Fallait s'en servir comment ? Il descendit avec précaution, ne posant pas son pied blessé au sol alors que l'homme lui expliquait que le chien voulait juste jouer. Jouer avec sa jambe plutôt. L'étrange bâton avait un poignée qui était un poil basse et il s'y appuya avec d'infime précaution. Un ronflement lointain se fit entendre et le blondinet leva la tête. Oh. Oh non... Oh non. Il vit l'homme filer vers la porte, se retourner et siffler trois fois, puis se tourner de nouveau vers lui. Isaac le sentait mal. Et à juste titre. Il paniqua brusquement en entendant police d'urhl.
    - Non, non, non, je ne peux pas ! S'ils ont des scanners on est mort ! Vraiment. Ou même une liste !

    Liste des personnes recherchées... Parce qu'Isaac n'avait bien sûr pas pensé à faire de teinture de cheveux et avait gardé cette tignasse argentée blonde. Mais l'homme ne fit absolument pas un compte avec ses avertissements et alors qu'il tentait de le suivre, il s'étala misérablement au sol, derrière l'homme.
    - Police d'Urhl, fit un des homme d'un ton qui en disait énormément sur sa motivation. Quelqu'un a appelé pour un cri venant de chez vous. Nous allons procéder à une inspection. Écartez vous.

    L'homme avait ce ton traînant qui donnait fortement envie de lui refaire le visage avec une brique. Isaac se ramassa sur lui-même, les larmes aux yeux, et se mit hors-du chemin. Le traqueur, qui était un assassin, entra dans le gymnase comme si l'endroit lui appartenait. Il balaya du regard l'endroit. Ne s'arrêtant qu'à deux reprises : une fois sur la traînée de sang et une autre sur Isaac. Si le virus ne fonctionnait pas... Il allait se prendre une balle entre les deux yeux avant même de s'en apercevoir. Il renifla légèrement de douleur.
    - Présentez vous. fit la voix métallique de l'assassin.

    Hrp > Si Isaac se fait scanner, on est littéralement mort puisqu'il est recherché ! xD Pardon d'avoir omis ça x)
    Architecte
    avatar
    Altaïr DakeyrasOublié
    Messages : 20
    Date d'inscription : 06/08/2015
    Age : 24
    Localisation : Ville souterraine de Urhl

    Options avancées
    Capacité: Combattant, réparateur.
    Métier: Réparateur et mercenaire freelance.
    Programme: Aucun

    par Altaïr Dakeyras le Ven 28 Aoû - 17:53

    Le traqueur ne semblait pas nous prendre au sérieux, j'en étais bien heureux ! Il avait laissé les policiers gérer la fouille du batîment, j'étais soulagé, la police de Urhl était trop occupé pour faire ca correctement. Néanmoins, le traqueur commençait à questionner le petit gars et si le petit gars perdait les pédales ont était mort, c'est un parfait crétin incapable de mentir ou de paraitre assuré en situation de stress et ca va nous tuer. Rose, elle devait avoir filé avec Cendre dans une des innombrables cachettes du Gymnase.

    Je pris mon "neveu" en passant mon bras par-dessus ses épaules en souriant avec un faux air assuré.
    "Je suis Nikolaï et voici mon neveu hans, je l'élève depuis qu'i lest gamin... Je suis désolé pour les cris monsieur l'officier, encore une de ces foutus meute de chien errant qui ont voulu attaquer mon neveu, j'ai dû agir et soigner la morsure." J'expliquais au traqueur en gardant une voix assurée en tentant de paraitre le moins nerveux possible.

    Le traqueur nous regarda en s'approchant, sa visière cachait son visage. Il finit par rappeler les officiers de police et il commença à repartir en jetant un dernier coup d'œil vers nous.
    Je poussais un long soupir de soulagement lorsque les portes se refermèrent derrière les hommes du gouvernement.
    Rose et Cendre réapparurent à ce moment-là... Rose regardait le jeune homme blond avec un regard noir en caressant Cendre.
    Je me tournais vers le jeune homme en m'approchant lentement...

    "Pourquoi est-ce que tu a eu peur de te faire tuer par le traqueur ?... Il n'y a que les personnes recherchées qui ont une si grande peur des traqueurs... Dis-moi la vérité... Plus de mensonge." Je lui grognais.
    Oublié
    avatar
    Isaac A. EdlweissArchitecte
    Messages : 44
    Date d'inscription : 01/07/2015
    Age : 20
    Localisation : Les cuisines

    par Isaac A. Edlweiss le Jeu 3 Sep - 14:21

    Isaac bafouilla piteusement ce que son soigneur lui avait dit devant l'armoire à glace d'assassin. Il tentait de réguler son stress mais ne cessait de se dire qu'ils allaient se faire tuer. Il n'aurait jamais dû sortir du QG. Rester dans la tranquillité et... Et... L'homme le releva un peu brusquement pour le placer sous son bras. Il avait l'air d'être tellement à l'aise, quoique un peu angoissé. Le petit blondinet paniquait de ne pas savoir les pensées du traqueur. Va allait mal de finir... Ça allait très mal de finir.

    Respirant à peine, Isaac se sentir défaillir lorsqu'Armure de retourna. Comment c'était possible ? Pourquoi n'avait il par vérifié leur puce ? Pourquoi cette incompétence ? Mais au moins cette incompétence les sauvait... Il recula de deux trois pas, il voulait retourner au muret. Un truc de concret, loin de ce taré et de sa fille aussi tarée qui venait juste de revenir. La béquille abandonnée à l'endroit où il était tombé. Le jeune Architecte continua de raisonner comme un simple Oublié protégé.
    - Comment pouvez vous dire ça ?
    S'exclama t il. Vous n'avez pas peur d'eux, vous ?!

    Le ton se voulait au défi, mais il y avait bien deux ou trois pointé d'hystérie si caractéristiques au jeune homme qui faisaient monter sa voix dans les aiguës. Il s'appuyait sur le muret alors que son "sauveur" se rapprocher lentement en ayant une mauvaise lueur dans les yeux.
    - Mais j'vous ai pas menti !

    Isaac tentait de ne pas crier mais il avait si peur... Il avait tellement peur que les larmes venaient rageusement à ses yeux.
    - J'vous ai pas menti ! Vraiment...

    Isaac pesa attivement le pour et le contre de lui raconter ou de ne pas le faire... S'il le faisait, l'homme le dénoncerait à coup sûr pour ne pas avoir de problème, et s'il ne faisait il allait se prendre une balle ou... Ou pire. La tête baissée, le jeune homme mettait l'homme au même rang que son protecteur. Quelqu'un capable de le réduire en un instant en... En rien du tout. Il hoqueta en tentant de respirer.
    - J'p... J'peux pas M'sieur... J'peux vraiment pas vous raconter.

    Aplatit contre le mur, le blondinet tentait de retenir ses larmes. Il suffirait qu'il le fouille pour trouver son ancien calpin de serveur ainsi qu'a un crayon. Juste posséder ça est passible de punition...
    - Svous plait... Continua-t-il de l'implorer piteusement.
    Architecte
    avatar
    Altaïr DakeyrasOublié
    Messages : 20
    Date d'inscription : 06/08/2015
    Age : 24
    Localisation : Ville souterraine de Urhl

    Options avancées
    Capacité: Combattant, réparateur.
    Métier: Réparateur et mercenaire freelance.
    Programme: Aucun

    par Altaïr Dakeyras le Mer 13 Jan - 20:57

    Je soupirais, nom de... Pourquoi les gens sont ils si imbécile. Ça se voit comme une explosion nucléaire qu'il est recherché pourtant.
    Je fis signe à Rose d'emmener Cendre ailleurs et de me laisser seul... Je finis par m'asseoir au sol juste à côté du gamin, sans geste brusque, sans colère. Ma tête s''appuyaa sur le petit muret et je sortis mon arme et la déchargeai sous le regard du jeune homme avant de la poser devant moi.

    "Petit..." Je commençais à dire avec une voix calme et un peu gêné. "J'ai rien contre toi, mais je dois protéger ma famille... Si tu es honnête avec moi, je serais franc avec toi. Je ne t'ai pas balancé au traqueur alors que j'aurais pu me débarrasser de toi vite fait bien fait non ?" Je pris un linge qui traînait et lui tendit pour qu'il nettoie ses larmes et le sang de sa blessure.

    "Je sais que tu es recherché, ca se voit petit. Je veux savoir pourquoi, et si tu es de ce groupe bizarre de résistant. Je veux savoir si ma fille est en danger maintenant que je t'ai couvert. Si tu le veux, je vais te dire mon secret..."

    J'inspirais profondément et retirai ma casquette pour ensuite me lever et le regarder dans les yeux face à lui, d'homme à homme en posant une main sur son épaule sans brusquerie.

    "Je suis un déserteur petit... S'ils me chopent, ils me plombent sans vergogne... Alors soit tu continues de faire l'ignorant, soit tu peut me dire ton histoire et le pourquoi du comment et là, je pourrais peut-être t'aider..."
    Je lui dis avec un sourire que j'espérais convaincant, je n'avais pas l'habitude.
    Oublié
    avatar
    Isaac A. EdlweissArchitecte
    Messages : 44
    Date d'inscription : 01/07/2015
    Age : 20
    Localisation : Les cuisines

    par Isaac A. Edlweiss le Jeu 14 Jan - 9:07

    Isaac se recroquevilla autant qu'il le put contre le mur. Il glissa de nouveau au sol en suffoquant. Il était en train de paniquer. Mais vraiment. Si ça continuait, il allait s'évanouir. Des picotements parcouraient sa gorge. Il se tassa un peu plus en voyant l'homme s'asseoir à côté de lui. Étrange. C'était trop étrange. L'homme sorti son arme, l'adolescent se sentit défaillir, il allait lui plomber la cervelle... Le clic le fit tourner de l'oeil. Il vit l'homme, le gymnase, le plafond, mais se ressaisit vivement. Il inspira avec panique. Pas maintenant ! Il ne pouvait pas s'évanouir maintenant ! Il avait les yeux comme deux flancs quand il vit l'arme déchargée devant lui. Il... Il n'allait pas lui tirer dessus ? Ah ! Mais s'il l'avait chargé, il pouvait rester une balle dedans ! Et une balle c'était suffisant pour le faire taire... Il le regarda comme un lapin prit dans les phares d'une voiture alors qu'il commençait à parler. Gentiment. Isaac se rappela : Élan de gentillesse, puis paroles de psychopathe. Sa famille ? La fille serait donc vraiment sa fille et pas un jouet ? Il jeta un très bref coup d'oeil derrière lui pour tenter de la voir, sans succès, avant de revenir, comme s'il aurait eut l'occasion de prendre le flingue et de le plomber en une seconde.
    Le petit Oublié hocha très doucement la tête alors qu'il tremblait comme une feuille. Il n'osa pas prendre le linge. Trop terrifié. Trop crispé. Il attendait la réplique dangereuse. Mais rien ne vient. Enfin si, il connait les Transgresseurs. Du moins rapidement. Et ça, ça le fait flipper. Isaac se releva brusquement quand l'homme enleva sa casquette. Une petite voix lui disait que c'était pour ne pas la salir quand il en aurait fini avec lui. Isaac aurait bien voulu ne faire qu'un avec le mur, mais encore une fois, ce n'était pas possible. La main qu'il pose sur son épaule, bien que sans brusquerie, le fait sursauter comme s'il avait entendu un coup de feu. Et c'est à peu près de ce que le "secret" de l'homme lui fait comme effet.
    - Un... quoi ? couina-t-il faiblement et paniqué alors qu'il s'évanouissait pour de bon.

    ~

    Isaac inspira brutalement en se redressant. Il avait mal partout et plus particulièrement à la jambe. Il regarda autour de lui. Où était-il ?! C'était quoi cet endroit ?! Il regarda autour de lui, affolé. Chaque pulsation de son coeur le faisait un mal de chien et sa respiration était sifflante et entrecoupée. Merde ! Il avait paniqué. Il s'était évanoui. Les événements lui revinrent comme un vieux film sans parole. Oh ! Il s'était donc mit paniquer dès qu'il était entrer... La merde. Le petit Oublié finit par reprendre son souffle et eut un immense soupire. Il ne savait même pas si c'était de soulagement ou de terreur. Mais il arrivait enfin à relativiser un peu et réfléchir sans terreur.
    - M'sieur... ? Appela-t-il d'une petite voix de souris angoissée.

    Des frissons le parcouru alors qu'il se rappelait de ses derniers mots. Un déserteur... Il se releva avec le lenteur et précaution. Vérifiant qu'il était bien entier. Il fit quelque pas, c'était extrêmement douloureux.
    - M'sieur... ? Quelqu'un ? S'vous plait..., implora-t-il presque.
    Architecte
    avatar
    Altaïr DakeyrasOublié
    Messages : 20
    Date d'inscription : 06/08/2015
    Age : 24
    Localisation : Ville souterraine de Urhl

    Options avancées
    Capacité: Combattant, réparateur.
    Métier: Réparateur et mercenaire freelance.
    Programme: Aucun

    par Altaïr Dakeyras le Jeu 14 Jan - 21:57

    Ce petit était-il déficient ou était-ce vraiment un trouillard de cette trempe ? Bon sang, il s'est évanoui sans aucune dignité après que je lui ai dit mon secret. Rose était sur le muret, penché vers le gamin alors que Cendre reniflait les doigts de celui-ci.

    "Pas très solide..." Commentait ma fille avec calme, mais une pointe d'étonnement." Bizarre qu'il soit toujours en vie."

    "Bah... C'est vrai que c'est une énigme, mais bon. Nous ne sommes pas des tueurs, prépare un lit dans l'infirmerie, je vais l'y amener." Je me tournais vers Cendre." Non Cendre, ce n'est pas ton goûter."

    Le chien grommelait avant de partir en suivant Rose avec joie, moi, je remis ma casquette sur mon crâne et pris le gamin comme un sac à patates pour l'amener à l'infirmerie. Une fois sur place, je profitais de son inconscience pour le fouiller et je découvris un joli carnet et un crayon... Oh, pas bien ca, je comprend mieux maintenant... Puis je bandais sa blessure et mis une couverture sur lui et j'attendis qu'il se réveille.
    Je passais le temps en regardant les dessins du jeune homme... Pas mal, enfin pour ce que j'en savais... Le crépuscule approchait et j'avais faim, alors j'allais préparer un repas pour lui aussi, l'odeur de nourriture allait peut-être le réveiller.

    J'entendis sa petite voix aigue bien avant d'arriver et j'entrais dans l'infirmerie de fortune en relevant ma casquette pour laisser voir mes yeux. D'une main, je tenais un plateau avec deux bols de ragoût avec des morceaux de viande d'un animal bizarre du coin.

    "Bonjour jeune homme..." Je lui dis en arrivant. Je posais le plateau sur le lit et m'assis sur une chaise spartiate avant de lui lancer son carnet avec le crayon qu'il attrapait maladroitement.
    "Mange, nous parlerons peut-être de cet objet plus tard... Aller vas y, c'est mangeable, même si ca ne vaut pas un restaurant de l haute."

    Je commençais mon ragoût pour laisser voir que c'était clean... Et vu qu'il semblais paranoïaque je piochais aussi une ou deux fois dans son bol pour lui faire comprendre qu'il pouvait manger.

    "T'est toujours aussi sensible et fragile petit ou c'est seulement en ce moment ? Ou alors c'est moi qui ne dois pas être très rassurant... Fort possible, ça haha." Je lui demandais avec un gloussement amusé.
    Oublié
    avatar
    Isaac A. EdlweissArchitecte
    Messages : 44
    Date d'inscription : 01/07/2015
    Age : 20
    Localisation : Les cuisines

    par Isaac A. Edlweiss le Ven 15 Jan - 13:01

    Isaac recula en voyant l'homme arriver. Il en avait légèrement peur. Après tout, il avait été traqueur... Le petit oublié comprenait mieux cette peur sourde. Il se cogna contre le lit et retomba dedans dans un couinement. De toute façon, il avait la jambe en feu. Il se tassa en baissant les yeux. La force de l'habitude. Ça ne pouvait pas être possible... Les déserteurs étaient retrouvés et exécutés sur le champ... Puis, pourquoi un Traqueur voudrait il déserter ? Ils avaient tout... Le petit Oublié sursauta et jongla maladroitement pour attraper l'objet que venait de lui envoyer l'homme. Son carnet ?! Il pâlit en levant les yeux. S'il avait, il avait forcément regardé les pages. Vu les plans, la mini-cartographie de la ville, les quelques définitions de mot encore compliqué pour lui. Mais aussi les quelques esquisses de bâtiment particulier qui l'avait marqué. Mais il était "architecte" débutant pas dessinateur ! Il rangea le carnet en détournant les yeux vers le bol. Pour lui ? Il le regarda, puis de nouveau le bol. Le blondinet attrapa le bol avec précaution. Un ordre était un ordre de toute façon. Il chuchota un minuscule merci ne sachant pas trop s'il avait le droit de parler.

    Isaac ne s'était pas rendu compte à quel point il avait faim, si bien que malgré la viande un peu dure et inconnue au bataillon, il mangea rapidement. Ce n'est que vers la fin, qu'il se mit à douter : Et si le repas avait été empoisonné ? Un truc plutôt lent... ? Non, il était sûr que l'homme en avait mangé aussi... Il reposa le bol avec précaution
    - Un peu des trois, m'sieur...

    Le blondinet ne savait pas trop où se mettre, il s'était foutu dans la merde et surement l'homme avec.
    - Vous ne croyez pas qu'il faudrait partir ? Demanda-t-il avec un peu d’anxiété en regardant vers la porte. Le traqueur de tout à l'air nous a peut-être scanné..

    L'ancien esclave qu'il était, était habitué à l'excellence comme il vivait dans la base d'Orbe. Tout était nickel, bien exécuté et sans perdre une seule seconde. Alors pour lui du laminage était tout simplement inconcevable. Comme le fait de déserter aussi. Ou de fuir. Et pourtant il en avait les deux preuves. Il recommença à se tordre les mains, doucement. Qu'il soit déserteur ou pas, l'homme avait été Traqueur et devait surement garder quelques manies... Comme celle des interrogatoires... ? Ou de se faire respecter ? Le blondinet n'en savait rien et ne préférait pas être insolent face à quelqu'un qui avait une arme.
    - Comment ça se fait... ? finit-il malgré tout par demander. Comment avez vous fait... ?
    Architecte
    avatar
    Altaïr DakeyrasOublié
    Messages : 20
    Date d'inscription : 06/08/2015
    Age : 24
    Localisation : Ville souterraine de Urhl

    Options avancées
    Capacité: Combattant, réparateur.
    Métier: Réparateur et mercenaire freelance.
    Programme: Aucun

    par Altaïr Dakeyras le Dim 17 Jan - 11:28

    Le jeune homme commençait à se détendre, j'ai l'impression, malgré la crise de panique à mon entrée, je dois avouer que cela m'avait fait sourire. Il semblait paumé et je l'ai vu pâlirent en récupérant son carnet... Oh moins il ne me mentira plus à ce sujet.

    "Comment ca se fait ?..." Je commençais à lui répondre avec calme... "J'en ai aucune idée foutre dieu. J'ai perdu la mémoire il y a plusieurs années, je ne me souviens que d'avoir été abattu par l'un de mes anciens confrères puis je me suis réveillé en pleine décharge."

    Je pris un petit broc en étain et lui servis de l'eau avant de faire de même pour moi dans un autre.

    "Pour ce qui est du comment, une personne m'a aidé dans la décharge, m'a dit ce qu'était l'uniforme que je portais quand il m'a récupéré et m'a donné quelques coups de mains... Je lui dois toutes mes années de tranquillité avec ma fille. Je crois que cette personne était de la résistance, mais j'ignore s'ils existent encore. C'est pour ça que je ne t'ai pas livré au traqueur... D'une parcequ'il nous auraient scanné si je lui avait dit et de deux parce que tu a tout l'air d'un type de la résistance, en témoigne ton carnet."


    Je bue d'une traite mon eau puis commençais à ranger les bols et les couverts sur le plateau.

    "Il ne nous a pas scanné parce que, il n'en avait pas besoin, juste deux péquenaud dans les bas-fonds du royaume qui ont eu un souci avec des chiens errants... Chaque scanne demande ensuite un rapporte cinq pages sur le pourquoi du comment du scanne en question... Il a du avoir un doute pour moi, mais toi vu la tronche que tu faisais, il ne t'a pas pris au sérieux haha!"

    Je lui expliquais en riant sur la fin. Rose entrait à ce moment dans l'infirmerie et regarda avec indifférence le jeune homme avant de venir me voir pour me murmurer à l'oreille.

    "Des gens rôdent autour de la maison... PAs des policiers, je pense... Trop de tenue bizarre..."

    Je hochais la tête et me relevais lentement en rabaissant ma casquette.

    "Suis ma fille jusqu'à l'ancien poste des commentateurs... Et attend." J'ordonnais au gamin.

    Oublié
    avatar
    Isaac A. EdlweissArchitecte
    Messages : 44
    Date d'inscription : 01/07/2015
    Age : 20
    Localisation : Les cuisines

    par Isaac A. Edlweiss le Lun 18 Jan - 13:24

    Isaac ne peut s'empêcher d'ouvrir grand les yeux quand l'homme lui répondit. Il lui répondait. Il aurait du s'estimer heureux, ça le changeait de se faire ignorer ou de se faire gifler pour son "insolence" mais... mais il ne pouvait pas s'empêcher d'être surprit. Presque choqué. Il l'écoute en essayant de tout enregistre. Comme lorsque son protecteur lui disait de tout retenir, et s'il faisait une seule faute, ou hésitation, il s'en prenait une. C'était assez terrifiant. Le blondinet rentra la tête dans les épaules lorsqu'il évoqua son carnet et la résistance. Il appelait cela la résistance ? Chez les traqueurs, c'était les rebelles, les hors-la-loi, les transgresseurs. Quand à eux... Isaac ne se souvenait plus trop comment ils se définissaient. Il aurait peut-être mieux fait de demander.
    - Non, ça, ça vient d'un resto de Orbre... j'y travaillais avant, fit-il doucement comme s'il craignait sa colère.

    Le petit Oublié finit d'une traite le verre d'eau alors qu'il rangeait les assiettes. L'eau était potable. Malgré l'explication de l'ancien traqueur, le blondinet ne comprend pas comment c'est possible. L'Assassin aurait du faire son boulot, comme il doit le faire, et pourtant il ne l'a pas fait juste parce qu'il fallait rédiger cinq pages de rapport... ? C'était de la négligence... Pourtant cette négligence lui avait sauvé la vie. Donc il existait des traqueurs qui ne faisaient pas bien leurs boulots... Après tout, c'était des humains. Le blondinet eut un léger sourire crispé en entendant la pique. Isaac tenta de voir le bon côté des choses, il avait une tête à ne pas être pris au sérieux, ce qui lui permettrait surement d'éviter quelques tabassages. Il observa la gamine alors qu'elle parlait à son "père". Ils ne se ressemblaient vraiment pas. Par réflexe Isaac tira sur une de ses mèches pour se cacher les cheveux. Il détestait ce blond. Il ne se souvenait presque pas de sa couleur originel de cheveux.
    - Ah ? Euh... D'accord.

    Isaac se leva et suivit la fille sans question. Il était habitué à des ordres encore plus absurde que ceux là, alors il n'allait pas râler. Il la suivit sans poser le pied à terre. Du moins, jusqu'au escalier pour rejoindre cette fameuse salle des spectateurs. Là, il envoya au diable la fierté -lui en restait-il au moins ?- et grimpa à quatre pattes les marches. Ça va, il n'y en avait pas beaucoup et il s'était bien reposé. La salle était vaste, plus longue que large, elle ressemblait plus à une petite chambre qu'à un poste de contrôle. Pour Isaac, salle de commentateur rimait avec poste de contrôle, va savoir pourquoi. Mais cela offrait une vue sur l'ensemble du terrain. Ce qu'il avait prit pour un jardin était en fait un mini bosquet. Le cuisinier qu'il était resta un instant en extase devant ce petit havre de nature.
    - C'est vous qui avait fait pousser tout ça ? Avec de l'engrais ? A la lumière du soleil ?

    Il était complètement étonné. Les produits qu'ils recevaient aux resto d'Orbe, étaient peut-être de bonne qualité, mais ils poussaient presque synthétiquement et seul les hauts riches pouvaient se permettre des aliments tout droit sorti de terre. Le blondinet se pencha un peu, il aurait bien aimé les toucher pour voir ce qu'ils valaient.
    - C'est des... oranges ? demanda-t-il en écarquillant les yeux.

    Celles qu'il mangeait avait autant de goût que du papier mâché. Son attention fut brusquement attiré vers la porte.
    - Qu'est-ce qui se passe ?
    Architecte
    avatar
    Altaïr DakeyrasOublié
    Messages : 20
    Date d'inscription : 06/08/2015
    Age : 24
    Localisation : Ville souterraine de Urhl

    Options avancées
    Capacité: Combattant, réparateur.
    Métier: Réparateur et mercenaire freelance.
    Programme: Aucun

    par Altaïr Dakeyras le Lun 18 Jan - 21:00

    Je n'avais plus Rose en visuel, la connaissant, elle épiait depuis le poste des commentateurs ce qui se passait pour moi.
    Que se passait-il d'ailleurs ? J'entendais des mouvements contre la porte principale, ai essayait de pénétrer dans ma maison, et cela,... C'était une très mauvaise idée.

    J'avais ma télésco à ma ceinture et mon arme de poing, j'espère que ce ne son que des bandits des ferrailles. Je laisse les intrus ouvrirent, inutiles de chercher à les retenir dehors, ici dans mon domaine, j'ai l'avantage.

    Je vois entré à la faveur de la nuit quatre silhouettes sombres. Une femme élancée et de moyenne taille, trois hommes, dont une armoire à glace. Ils ont des vêtements de couleur noire ont très foncé, des plaques de métal sur les endroits vitaux de leurs corps. Deux ont des armes automatiques, la fille à deux armes de poing... Un des hommes plus sveltes à juste un pistolet à la ceinture et approche encadré par ses compagnons, leurs visages sont tout dissimulés dans l'ombre de leurs capuches ou casquettes.

    "Un garçon est rentré ici l'ermite, nous le savon inutile de nier... À peine, quelques heures plus tard un groupe de police arrive, tu leur as livré le gamin ?"
    Demande l'homme svelte face à moi avec une voix calme et amicale... Trop amical.

    Je me place de profil à l'homme offrant une cible moi grosse à ses comparses.

    "Qu'est-ce que tu lui veux au gosse ? Tu viens avec tes chiens dans ma maison... Avec des armes... En dissimulant ton visage et tu veux que je réponde à tes questions ?... Tu ne comprends pas vraiment comment ca ce passe ici... Je suis tout ce qui vous sépare d'un passage bref dans l'au-delà, sauf si vous vous identifiez plus clairement." Je lui dis avec une voix grondante.

    ROSE

    Dans la salle des commentateurs, je guide l'idiot garçon dans un coin en ignorants ses questions débiles, bien sûr que nous avons fait pousser nos plantes, c'est comme ça qu'ont fait ! Les gens de l'extérieur sont vraiment abrutis par la pollution, je crois.

    Papa, il est en bas et quatre hommes, non trois et une femme sont entré, papa est de profil, il se prépare déjà à l'affrontement, je sais que Cendre est déjà parti en bas pour soutenir papa. Moi, je sais aussi ce que je dois faire.
    Je sors sans prêter attention au garçon un fusil d'une malle en métal, c'est un modèle peu récent mais efficace, rechargement à levier, balle perforante de.308 mm, une lunette de viser sans aucune électronique et le corps de l'arme est en bois de chênes.

    L'arme est lourde pour moi alors je la pose sur ses bi pied avant et m'allonge au sol et je commence à viser par la lunette... Le plus dangereux, c'est le gros costaud avec son fusil automatique.

    ALTAÏR


    Le costaud s'énerve et je le vois se diriger vers son chef en grognant :

    "Putain butons le et récupérons le gamin ! Pas de temps à perdre avec les bouseux de la décharge ! Allez quoi ! J'adorais voir sa face une fois que je me serais chargé de lui."


    Son chef lève le poing vers lui en le regardant avant de dire...

    "La ferme !... Excusez mon confrère... Nous sommes une équipe de... Hors la loi... Et le gamin est l'un des notres, ont veux juste le ramener chez lui, en lieu sur." Dit-il.

    Je vois Cendre qui commence à rôder derrière les intrus, grondant comme un orage qui approche, la fille du groupe ce tourne et fait signe à ses compagnons qui se mettent dos à dos.

    "Qu'est-ce qui me dit que vous êtes vraiment des amis du gosse ? ... Vous m'avez plutôt l'air de ces sales types qui bossent pour la policier et les traqueurs... Ha! Surtout toi le gros." Je dis en gloussant méchamment.

    Le chef soupir et se dévoile aux yeux de tous. Avant de regarder vers la tribune des commentateurs.

    "Voilà, normalement si le garçon regarde, il vous dira que je suis avec lui..."

    Oublié
    avatar
    Isaac A. EdlweissArchitecte
    Messages : 44
    Date d'inscription : 01/07/2015
    Age : 20
    Localisation : Les cuisines

    par Isaac A. Edlweiss le Mar 19 Jan - 8:53

    Isaac se mit brusquement hors de vue en voyant entrer quatre individus tout habillés de noir. Automatiquement il se mit à penser que c'était des Traqueurs. Sauf que des traqueurs, c'est plus gros que ça avec leurs armures. Ils opéraient toujours avec des armures. Hors de question de faire ça. C'était le symbole de leurs puissances, de leurs reconnaissances. Isaac se tourna vers la fille, très peu aimable en passant, elle lui faisait un peu penser à une traqueuse à l'ignorer de cette manière, et manqua de bondir hors de la salle. D'où elle sortait cette arme ?! C't'un vieux truc, peut-être même interdit. Isaac se cacha le visage entre les mains. Dans quel bordel, il s'était empêtré !? Il écoute attentivement en se mordant le bout des doigts. Si vraiment ces gens étaient des traqueurs, ils étaient tous morts. Si ces gens étaient des transgresseurs... Il reconnaissait une voix. Mais ça ne voulait rien dire. Ça pouvait aussi bien être une voix de traqueur qu'il aurait souvent entendu... Il se risqua à regarder quand elle le demanda.
    - Jackob !

    BAM !
    Isaac avait juste oublié qu'il y avait une vitre... Un bruit sourd résonne un peu dans tout le bâtiment alors qu'il titube en arrière, une main sur le nez.

    Jackob.


    Le transgresseur comédien se pinça l'arrête du nez en entendant le boum sonore. Pas de doute, c'était bien le petit Architecte. Cela venait de la salle des commentateurs. L'homme remarqua un objet brillant, comme un canon d'une arme. Oh, l'ermite n'était donc pas seul. Il se tourna vers lui, lentement, sans faire de geste brusque.
    - Tu vois, il nous connait. Si tu veux plus de preuve... il leva les yeux vers le plafond. C'est un trouillard de première, il est un peu lent à la détente et parfois, enfin presque tout le temps, il fait des têtes de chiens battus.

    La dernière remarque fit glousser Ida.

    Isaac.


    - Hey ! fit le blondinet avec indignation en claudiquant vers eux, le deuxième est totalement faux !

    Le sourire que lui accorde son camarade le rassure complètement. C'est bien eux ! Sa blessure l'élance atrocement. Le regard de Jackob passa de la salle des commentateurs, à Isaac, de Isaac à sa blessure puis de sa blessure à l'homme. Il ne faisait pas de doute qu'il semblait contrarié. Arrivé vers eux, le blondinet leva les mains pour calmer la tension.
    - Aaah non non ! C'est des chiens errants qui m'ont mordu, pas lui ! Il m'a soigné et a même fait peur aux chiens !
    - Je confirme, fit la femme du groupe.

    Isaac écarquilla les yeux en reconnaissant la voix. Il s'apprêta à dire quelque chose mais la petite comédienne l'interrompit avant.
    - Je t'ai suivi. Doué comme tu es, je me faisais un peu de soucis. Faut dire que j'ai bien fait.

    Il eut un sourire un peu gêné en se recroquevillant. Le regard de Jackob pesa un instant sur ses épaules avant de revenir sur l'homme.
    - Merci de l'avoir soigné, nous n'allons pas rester plus longtemps.
    - Attends ! ne put s'empêcher de s'exclamer Isaac. Je... Les traqueurs ont des enregistrements de toutes les missions faites, qu'elles soient petites ou grosses, et ces enregistrements sont revus par des opérateurs plusieurs heures après pour s'assurer du bien fait de la mission et... Du moins c'est ce qui était fait à Orbe mais vu qu'il nous as pas scanné...

    Jackob jura et Isaac se ratatina un peu plus.
    - Ok, fit l'homme avec profesionnalisme, fais nous un itinéraire sûr pour rentrer à une base.

    Il se tourna de nouveau vers l'homme.
    - C'est comme tu veux, soit tu nous suis, soit tu te trouves une excuse valable pour l'exposer aux traqueurs. Nous, on se tire dans 5 minutes.
    Architecte
    avatar
    Altaïr DakeyrasOublié
    Messages : 20
    Date d'inscription : 06/08/2015
    Age : 24
    Localisation : Ville souterraine de Urhl

    Options avancées
    Capacité: Combattant, réparateur.
    Métier: Réparateur et mercenaire freelance.
    Programme: Aucun

    par Altaïr Dakeyras le Mer 20 Jan - 16:03

    Voilà une situation qui s'arrangeait, j'étais soulagé de ne pas avoir à me battre. Le gamin avait fini par arriver pour retrouver ses compagnons, mais en attendant la description de mon interlocuteur, aucun doute, on parlait bien du même garçon.
    Cela me fit sourire, je me permis de me remettre de face, néanmoins, Rose n'avait pas encore bougé, comme ont l'avaient appris durement, il faut toujours être prudent.

    "Je te remercie de ton offre étranger... Néanmoins je vais demeurer ici, je me débrouillerais avec les traqueurs, si besoin, je saurais vous retrouver ne t'en fait pas." Je me permis de répondre avec un sourire en coin.

    Je me tournais vers le gamin avant de lui dire avec un ton un peu plus sérieux et un soupir.

    "Ton ami a raison, si tu vivre faut un peu t'endurcir, garçon. Il aurait tout aussi bien pu entrer et te décrire de la sorte que n'importe qui penseraient à toi."

    Je fis un signe de tête vers la porte faisant comprendre aux nouveaux venus qu'il était temps de partir. Le chef du groupe hochait la tête et commença à partir suivis du garçon et de ses hommes, Cendre les regardants fixement jusqu'à ce que je referme la porte derrière eux.

    Néanmoins je vais demeurer ici, je me débrouillerais avec les traqueurs, si besoin, je saurais vous retrouver ne t'en fait pas. Elle me fixait avant de passer l'arme dans son dos et de me sauter dans les bras.

    "Quelle journée... On va enfin retrouver la tranquillité."
    Je lui dis avec un baiser sur sa tête.

    La jeune fille me relâcha et fut assaillis de léchouille par Cendre, il était content lui aussi. Je me permis un petit rire et fit monter Rose à sa chambre pour qu'elle repose l'arme en lieu sûr et Cendre retrouva son coin dans le petit bosquet.

    Quand je retrouvais ma chambre, à côté de celle de ma fille, je me dévêtis et pliais mes vêtements avant d'ouvrir un placard de bois au mur, avec une serrure à code mécanique. Plusieurs armes étaient entreposées dans ce placard, des armes peu avancer sauf pour une seul... Une arme de poing à barillet, long canon, loure, je n'avais que six cartouches pour cette arme... Mais six cartouches perforantes hautes vélocité.
    Je vérifiais l'arme et mon pistolet de 9mm avant de les ranger tous les deux près de mon lit...
    Si les traqueurs reviennent pour m'arracher à mon foyer, j'aurais six munitions pour les toucher par-delà leurs armures.


    Oublié
    Contenu sponsorisé

    par Contenu sponsorisé


    La date/heure actuelle est Mar 17 Oct - 17:46